Archives par étiquette : exterieur

Démolition des cheminées

À l’occasion d’une visite de notre grenier, et motivé par l’exemple du Mart’, je constate qu’il serait intéressant de procéder à l’isolation sous toiture de nos combles.
Or pas moins de 3 cheminées inutiles percent notre toit. Et l’une d’entre elle semble être à l’origine d’une légère infiltration.
Simplifier cette toiture permettra d’éviter tout infiltration, et facilitera l’isolation entre les chevrons.

Après être monté sur le toit, démonté une tuile, retrouvé la référence, avoir trouvé un vendeur d’occasion en Ardèche, les tuiles d’occasion sont débarrassées de leur lichen à grands coups de brosses rotatives en paille de fer.

Je peux ensuite sécuriser un chantier en hauteur par moult cordes, baudriers, casques et commencer la destruction des cheminées.

Les seaux remplis de briques sont moulinés vers Célian qui les vide. Puis il note les côtes des liteaux à scier pour combler l’ex-emplacement du conduit.

L’emplacement de la deuxième cheminée est un peu plus torturé et quelques ajustements complexes sont nécessaires.

 

Porte sud et porte d’entrée : Suppression des auvents

  • La perspective de poser une isolation extérieure induit la nécessité de simplification des façades. Ainsi, les auvents de la porte d’entrée et de la cour Ouest ont été supprimés.
  • On également ressorti les étais et le palan pour arracher un arbre nuisible qui gênait le passage de la voiture en entrée de cour.
  • Le figuier malade a été tronçonné à raz.
  • Célian, huit ans et demi, s’est mis à la soudure à l’arc.

Bureau : Destruction de la porte-fenêtre

Cette petite pièce est la moitié Ouest d’un ancien garage. Nos prédécesseurs avaient d’abord posé une porte de garage, puis réduit la largeur du mur par deux colonnes de parpaings, et fermé par une porte-fenêtre.

Il fallait noter les points suivants :

  • Les deux colonnes de parpaings étaient d’une épaisseur trop faible, et différente de la structure du mur.
  • La porte-fenêtre n’était pas adéquate pour l’usage de cette pièce : on n’est pas censé y passer, mais on a néanmoins besoin de lumière.
  • L’isolation thermique et phonique étaient de très mauvaise qualité

Tout cela a plaidé en faveur de ce projet de rénovation :

  • Détruire les deux colonnes de parpaings
  • Démonter la porte-fenêtre
  • Remonter une allège et deux colonnes de parpaings
  • Poser une fenêtre neuve
  • Isoler par l’intérieur et l’extérieur

Lors de cette première étape de début mars 2017 ont été réalisées les phases de destruction et remontage du mur. Des pièces manquantes imposent un délai pour la pose de la fenêtre.

Palissade : terminée !

Après quelques soucis de santé qui ont copieusement retardé l’achèvement de cette palissade, j’ai enfin pu :

  • visser les lames supérieures (avec ces fichues vis « traités marine » mais bien trop fragiles) en laissant un jeu permettant dilatation et rétraction
  • scier et poser les lames de finition
  • visser les chapeaux de poteaux